Rechercher
  • Romain Leclerc

La sophrologie : une pratique complémentaire

Dernière mise à jour : 14 févr.


Ah ! L’été, son beau temps, ses moments de détente et aussi ses moments de rencontres. Et parmi ces rencontres il y a toujours quelqu’un qui vous demande ce que vous faites comme métier. J’ai bien tenté des réponses assez farfelues comme « éleveur de mouches pour un club de pêche à la ligne » ou « sifflologue aquatique » pour voir les réactions mais la réponse la plus sérieuse reste « sophrologue ».

Une fois la plaisanterie passée, j’explique forcément ce qu’est la sophrologie et les bienfaits qu’elle apporte. Vous pouvez d’ailleurs retrouver des informations sur la sophrologie en cliquant ici-même.

Certains me demandent également si la sophrologie va leur permettre de guérir…la réponse est NON. Elle vous accompagne sur différentes problématiques mais n’a pas pour vocation de guérir.

C’est alors que la complémentarité de la sophrologie avec d’autres pratiques médicales et thérapeutiques est nécessaire voire essentielle.

Quelles pratiques sont complémentaires ? Dans quelle mesure cette complémentarité peut-elle s’exprimer ? Y a-t-il des limites ?


1) La psychothérapie


La psychothérapie est un accompagnement mené par un thérapeute qui utilise la psychologie. La psychothérapie est principalement menée par un psychologue, un psychiatre ou un psychanalyste.

L’objectif d’une psychothérapie est de comprendre son fonctionnement afin d’opérer les changements nécessaires afin de modifier le fonctionnement qui peut être souffrant. A travers des échanges et des questionnements posés par le psychologue, le but est d’amener le consultant à poser un nouveau regard sur lui-même. Cela permet parfois de remonter jusqu’au traumatisme amenant le mal être et de le travailler.

L’action de la sophrologie est parfaitement complémentaire avec une psychothérapie. En effet, comme j’ai coutume de dire, le psychologue travaillera le « pourquoi » et le sophrologue le « comment ». Bien sûr que cela reste assez caricatural et que l’accompagnement de chaque thérapeute peut être agrémenté de différentes techniques.


2) L'ostéopathie / Kinésithérapie


Malgré la pratique qui diffère, l’ostéopathie et la kinésithérapie sont deux méthodes qui se ressemblent car elles traitent toutes deux les dysfonctionnements d’ordre physiologiques, mécaniques, de notre corps.

La sophrologie ayant une approche holistique, elle considère l’être humain comme un « ensemble » regroupant les sphères émotionnelles, mentales et…physiques. Il convient alors de prendre en compte que les symptômes physiques ressentis comme désagréables peuvent avoir une origine émotionnelle ou mentale.

A partir de ce constat, il est facile d’imaginer la complémentarité de la sophrologie avec l’ostéopathie et la kinésithérapie. L’action de la sophrologie étant basée davantage sur le côté émotionnel et mental tandis que l’ostéopathie et la kinésithérapie sont axées sur la mécanique du corps.


3) La naturopathie


Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, « la naturopathie est un ensemble de méthodes de soins visant à renforcer les défenses de l’organisme par des moyens considérés comme naturels et biologiques ».

Concrètement la naturopathie vise à maintenir votre capital santé à partir d’une alimentation adaptée et des exercices de respiration utiles dans la gestion du stress entre autres. L’approche naturopathique est holistique tout comme l’approche sophrologique.

Ce qui rend ces pratiques complémentaires réside dans les outils qu’utilise chaque thérapeute. Le sophrologue axera son accompagnement autour des exercices de respiration et des visualisations à reproduire au quotidien tandis que le naturopathe pourra axer son accompagnement autour du rééquilibrage alimentaire naturel. La combinaison des deux pratiques sont très complémentaires et apportent une expertise complète pour chaque client.

Bien entendu, cela ne remplace pas une consultation chez un médecin conventionnel avant d’entamer ce type de suivi.


4) La médecine conventionnelle


La médecine « conventionnelle » s'appuie sur des traitements qui ont obtenu une validation scientifique. C’est la médecine que tout le monde connaît en Europe aujourd’hui.

Les professionnels pratiquant la médecine traditionnelle sont les médecins généralistes, les spécialistes (ophtalmologue, dermatologue, endocrinologue, cardiologue,…), les psychiatres, les infirmiers et infirmières, les sages-femmes…

De nos jours, les praticiens de médecine conventionnelle orientent davantage leurs patients vers la sophrologie. En effet, au-delà de l’aspect physiologique et symptomatique de chaque maladie, les patients peuvent ressentir de l’inconfort ou un stress important ayant une influence importante sur la récupération de l’organisme.

Ainsi, des médecins généralistes ou spécialistes orientent des patients pour des troubles du sommeil, des troubles digestifs, des douleurs chroniques de type fibromyalgie, des maux de têtes récurrents,…

La sophrologie est aussi préconisé par certains spécialistes pour accompagner les états dépressifs ou les troubles de l’hyperactivité, les maladies neurologiques comme l’épilepsie ou encore la maladie de Parkinson.

Bref, vous l’aurez compris, la médecine conventionnelle a pour vocation de traiter le symptôme en lui-même et la sophrologie offre un complément très utile dans l’accompagnement des maladies.



Il faut tout de même garder à l’esprit que la sophrologie ne peut se substituer à la médecine conventionnelle et que si un symptôme inhabituel apparaît ou persiste il est recommandé d’aller consulter un professionnel de santé.


La sophrologie est un outil complémentaire pour quiconque souhaite améliorer son quotidien, qu’il soit malade ou non. Elle prend en compte la personne dans son ensemble afin de proposer un accompagnement le plus complet possible. Les outils de la sophrologie sont complémentaires avec d’autres méthodes de santé. Pensez alors à consulter les praticiens qui se complémentent et qui vous correspondent pour traiter votre problème.

25 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout