top of page
Rechercher

Les réseaux sociaux : source d'inspiration...et d'anxiété !

Les réseaux sociaux ont pris une place très importante dans notre quotidien. En effet, nous passerions environ 3h par jour à nous connecter aux différentes enseignes que sont Facebook, Instagram, YouTube ou encore TikTok pour ne citer qu’elles…

 

La démocratisation des smartphones décuple notre temps de connexion aux réseaux sociaux qui se retrouvent être accessibles partout, tout le temps (ou presque selon la qualité de réception du réseau).

 

Beaucoup de contenus sont de véritables sources d’inspiration et ces plateformes regorgent de bonnes idées participant à rendre la société meilleure. Cependant, le versant inverse existe également et certains contenu inadaptés et inappropriés se retrouvent également largement partagés.

 

Vous l’aurez compris et vous le savez déjà, les réseaux sociaux sont des outils à double tranchant !

 

Comment participent-ils à l’éveil de conscience de certains ? Qu’est-ce qui les rend si dangereux ? Pourquoi les pratiques complémentaires et de développement personnel peuvent aider à s’en passer ?

 

AVERTISSEMENT : Cet article n’est que le fruit de la réflexion de son auteur. Il ne s’appuie que sur des constats personnels et répétés. Il n’est pas question non plus de faire un procès d’intention à ses plates formes que j’utilise moi aussi de toute manière. Il s’agit plutôt de tirer de cet article une réflexion partagée.

 

1.     Les réseaux sociaux comme source d’inspiration

 

Il y a 40 ans naissait internet. Et oui cela ne me rajeuni pas ! Internet c’est cette vaste toile d’araignée qui permet de relier les uns avec les autres peu importe la distance. Cette toile d’araignée possède aussi ses propres rangements avec une masse d’informations quasiment illimitée.

Clairement, sur internet vous pouvez TOUT trouver. Le propos exact c’est TOUTE information. Des articles de presse, des jeux, des tutos sur la cuisine, le bricolage, des musiques, des podcasts, des photos, et même des vidéos en tout genre.

Cette source d’information illimitée permet l’émergence de nombreuses innovations visuelles, auditives, créatives !

Les réseaux sociaux sont des vecteurs importants et non négligeables sur le partage de toutes ces connaissances. Faites un rapide calcul : vous avez un profil Facebook qui compte 300 relations. Une seule information partagée l’est donc avec 300 personnes d’un clic. Partons du principe que chacun de vos contacts aient eux aussi 300 relations, votre information peut être partagée à 90 000 personnes. La transmission de votre information pourrait devenir très rapidement virale à chaque partage. Certains contenus peuvent et son très inspirants avec des messages de fond qui reprennent les grands sujets de notre société d’aujourd’hui : l’écologie, l’acceptation de la différence, le développement personnel…

 

2.     L’abondance de contenus


téléphone avec application réseaux sociaux

 

Un des revers de la médaille de cette source d’information quasi illimitée, c’est la redondance des contenus. Il faut le savoir, si vous avez eu une idée, sachez que quelqu’un sur Terre y a déjà pensé lui aussi. Sachez aussi que si votre contenu est viral, il sera repris par plusieurs personnes au point que l’on ne voit que le même genre de contenu en boucle mais avec des personnes différentes.

Ce qui se repère aussi sur les réseaux sociaux, c’est le foisonnement de contenus dans lesquels il est parfois très compliqué de faire un choix. Petit exemple rapide : avez-vous un abonnement à une plate-forme de vidéo à la demande ? Si oui, lorsque vous voulez regarder un film sans avoir une idée précise, combien de temps mettez-vous à choisir ce fameux film ?

Pour les contenus présents sur internet et les réseaux sociaux c’est le même principe. Plus vous allez avoir de contenus plus vous allez mettre de temps à trouver celui qui vous convient.

Cette abondance d’information peut générer du stress ou des angoisses pour quiconque aurait des difficultés de discernement.

 

3.     Les réseaux comme défouloir émotionnel

 

Quoi de plus confortable que de pouvoir être en conflit sans en subir les conséquences. C’est ce qui arrive très souvent avec les fameux « haters ». Ce sont des personnes qui, en raison d'un conflit d'opinions ou parce qu'ils détestent quelqu'un ou quelque chose, passent leur temps à dénigrer plus ou moins violemment leur cible.

Certains propos peuvent même être d’une violence extrême pour quiconque les reçoit. De plus, les « haters » agissent anonymement la plupart du temps.

On note alors une explosion de l’expression inappropriée de la colère, de la haine présente en chacun.

 

4.     Réapprendre à identifier et exprimer ses besoins

 

Face au développement de plus en plus accéléré des réseaux sociaux et moyens de communication, il est d’autant plus nécessaire de se recentrer sur soi. Aujourd’hui, au travers des smartphones, il est très facile de se sentir envahi par le monde extérieur alors même que nous sommes dans notre canapé, là où auparavant, nous étions en sécurité.

Les pratiques complémentaires et de développement personnel, comme la sophrologie, permettent de prendre mieux connaissance de soi et donc d’apprendre à se centrer sur nos besoins.

Par exemple, si je ressens de la colère, je saurais faire preuve de discernement sur la véritable raison de celle-ci et la meilleure manière de la gérer. Je peux écrire ma pensée sur une feuille et ensuite la brûler en visualisant que je me débarrasse de ses effets néfastes. Je peux utiliser la technique des bonhommes allumettes. Je peux prendre rendez-vous avec un thérapeute qui m’aidera à élaborer une réflexion autour de cette colère…

 

Les solutions d’accompagnement sont nombreuses. Les réseaux sociaux, les smartphones sont des outils de communication parmi tant d’autres. Ils ne devraient rester qu’une manière de communiquer et non devenir LA manière de communiquer. Ils nous coupent à la fois de la relation à l’autre mais aussi de la relation à nous même.

Pensez à prendre soin de vous en consultant un professionnel de l’accompagnement (sophrologue, psychologue, hypnothérapeute,…)

8 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page