Rechercher
  • Romain Leclerc

Le syndrome de la page blanche

Écrire des articles traitant du développement personnel afin d’alimenter le blog de mon site internet…voilà l’objectif que je me fixe pour, avant tout, m’enrichir personnellement et poser une réflexion sur ma pratique. Cela me permet aussi de vous partager des informations que je trouve pertinentes.

Oui mais voilà, l’inspiration n’est pas toujours au rendez-vous et j’ai un énorme manque d’inspiration ces derniers mois. Je me retrouve à expérimenter le fameux « syndrome de la page blanche » tant connu chez les écrivains.

Rien de rien même pas une lueur de sujet quand tout à coup : l’idée ! Profitons-en pour écrire sur ce que je n’arrive pas à écrire !


1. La page blanche : révélateur d’un état d’esprit


Une page blanche est un espace vierge sur lequel nous souhaitons laisser parler notre créativité. Malheureusement, lorsqu’elle a décidé de ne pas s’exprimer, on se retrouve comme bloqué ne sachant comment remplir cet espace vide.


Plusieurs raisons peuvent expliquer ce manque d’inspiration :

  • Le manque de sommeil qui provoque une fatigue « chronique » qui, par extension, réduit l’utilisation de notre cerveau aux tâches courantes et les plus minimalistes dans un soucis d’économie d’énergie.

  • Le manque de temps (supposé) dans une journée qui nous amène à reporter toute tâche trop longue à effectuer (comme écrire qui demande généralement quelques heures).

  • La tendance que nous avons à procrastiner (remettre au lendemain ce que nous pouvons faire le jour même). Celle-là est terrible puisque si quelque chose n’est pas importante aujourd’hui elle ne le sera quasiment jamais surtout s’il n’y a pas d’obligation.

  • Les pensées incessantes sur de multiples sujets qui nous empêchent de se focaliser sur un seul objectif et qui nous perd dans nos réflexions.


Les raisons peuvent être nombreuses et appartiennent à chacun.


Ce syndrome de la page blanche ne se limite pas à la seule écriture et peut facilement se transposer à n’importe quelle situation de notre vie. Par exemple, la décoration de votre salon qui vous échappe totalement, la solution que vous recherchez pour votre problème au travail,…

Le syndrome de la page blanche est un révélateur de notre état d’esprit. Il peut traduire un manque de motivation, une fatigue importante ou une pensée trop encombrée par exemple.

Et les répercussions peuvent parfois être assez importantes.


2. Les conséquences de la page blanche


  • Perte de confiance en soi


La GRANDE question : suis-je encore capable d’écrire ? Suis-je encore capable de faire, de créer ? C’est ce que génère une page blanche que l’on n’arrive pas à remplir. La confiance en soi et en ses capacités est grandement entachée. Cela est très majoritairement temporaire et très contextuel à un domaine précis. Il est rare que cette perte de confiance se diffuse et devienne générale. Pour autant cela peut se produire au point de jouer sur l’estime de soi.


  • Perte d’estime de soi


Une perte de confiance importante peut avoir une conséquence sur l’estime de soi. Pour faire simple, l’illustration parfaite serait de dire « comme je n’arrive pas à écrire, cela veut dire que je n’ai rien à dire ». C’est faux ! Tout le monde a toujours quelque chose à dire et à partager. Un manque de motivation ne diminue pas votre valeur, sachez-le !


  • Peur de l’échec


Nous avons naturellement tendance à mettre la barre très haut en ce qui concerne nos productions. La notion de performance n’est jamais bien loin… nous aimerions pouvoir créer, inventer ou écrire quelque chose de magnifique et sans le savoir nous nous mettons une pression importante.

La peur de l’échec, ou plus précisément la peur de ne pas réussir ou de ne pas assez bien faire, bloque l’inspiration et vous empêche de mener à bien votre réalisation.


  • Spirale négative


Et là c’est le drame ! pas d’inspiration = perte de confiance en soi = peur de l’échec = pression = pas d’inspiration ++ = perte de confiance en soi ++ = ….

Je m’arrête là, vous avez compris. Nous rentrons très rapidement dans une spirale négative qui nous amène à nous auto-saboter. Il est alors nécessaire de comprendre ce fonctionnement pour essayer de s’en extraire le plus rapidement possible et retrouver l’inspiration !


3. Comment transformer la page blanche ?


  • Accepter le vide


Très souvent, nous cherchons à faire, à produire à se rendre utile. Cela revient à vouloir remplir le vide systématiquement pour éviter de le ressentir. Parfois il est important d’accueillir et de ressentir pleinement ce vide, d’en connaître les moindres recoins. Lorsque nous sommes dans cette posture d’accueil, nous laissons alors une place à la créativité, à la spontanéité. Lorsque nous souhaitons ajouter un meuble dans notre salon, il est très facile de comprendre qu’il faut en enlever certain pour accueillir le nouveau. Cela fonctionne aussi pour notre esprit : le vide permet d’accueillir le nouveau.


  • Prendre ce moment comme un moment d’introspection


Si vous n’avez pas d’inspiration c’est que ce n’est tout simplement pas le moment pour vous. Et c’est OK. Prenez ce manque d’inspiration comme une possibilité pour vous de repérer ce qui est vraiment important et ce qui ne l’est pas, de prendre du temps pour vous que vous n’avez pas forcément, du temps pour développer d’autres compétences, découvrir d’autres choses.


  • Organiser son temps


Pour ceux qui auraient 150 idées à la seconde, il est nécessaire de se recentrer et d’organiser à la fois sa pensée mais aussi son temps. Prenez-vous 20 ou 30 minutes de votre journée pour penser à un sujet, lire des articles ou des livres sur le sujet choisi en attendant que votre propre inspiration vienne. Fixez-vous un timing durant lequel vous vous coupez de toute sollicitation extérieure (téléphone portable, mail, télévision…). Cela devrait vous aider à vous recentrer.



Finalement, le syndrome de la page blanche n’est qu’un révélateur de notre propre appréhension du vide. Cette peur du vide peut être tout à fait temporaire mais elle peut aussi être davantage chronique. C’est finalement quand cela devient entravant dans notre quotidien qu’il est important de se demander comment y faire face. Pour cela l’accompagnement d’un thérapeute peut être nécessaire afin de retrouver le chemin de la sérénité intérieure.


16 vues0 commentaire